L’Argentine et les saveurs du nouveau monde

Quel est le met le plus symbolique de la cuisine argentine ? L’empanada ou l’asado ?

Difficile d’obtenir une réponse…même des Argentins eux-mêmes car selon les régions dont ils sont originaires, selon les époques, selon leurs envies et surtout selon leur humeur, leur préférence peut aller à l’un comme à l’autre !

Ce qui est certain, en revanche, c’est qu’il serait dommage de réduire la cuisine argentine – que dis-je, la gastronomie – à ces deux plats aussi emblématiques soient-ils.
Comment aussi ne pas citer le puchero, la centolla, le locro, la parilla, la carbonada en zapallo, le matambre, le tamal, le vitel toné, la milanesa napolitana, la provoleta, les fideos, les gnocchis, le dulce de leche, l’alfajor, les medialunas, le budín de pan, le flan casero, le mazamorra…

Comment ? Vous n’avez pas encore l’eau à la bouche ? C’est de l’argentin, tous ces termes ?
Lisez la suite…

Les symboles sociaux
– même si on en rencontre des variantes dans la plupart des pays d’Amérique du Sud, l’empanada est un petit chausson fourré qui sait rendre patriotique les Argentins quand ils le mangent tant ils y sont attachés, qui se vend partout, qui se mange partout – dans la rue, au bureau, le midi, le soir, entre amis ou en famille – qui croustille ou qui fond dans la bouche.
C’est une des réponses les plus fréquentes à la question « que comemos ? ».
Appelées criollas, mendocinas, tucumanas,…, les empanadas se composent de viande, d’oignon, d’oeuf dur, d’olive, de paprika, de cumin, le tout enroulé dans un chausson de pâte en forme de croissant.
– s’il existe un rituel en Argentine, c’est bien celui de l’asado (en dehors du mate*, bien sûr) : cette grillade-party aux morceaux de viande de boeuf entiers et géants est cet autre lien social qui réunit les Argentins.
Premiers consommateurs de viande au monde – plus de 60 kg par personne et par an – les Argentins célèbrent les jours de repos en préparant et en partageant amoureusement et avec fierté des viandes arrosées d’une sauce chimichurri, comme la tira de asado (travers de bœuf), le vacio (bavette), le chorizo (saucisse), la morcilla (boudin noir) et les achuras (abats). Le tout accompagné d’une légère salade et d’un bon vin Malbec de Mendoza ou de San Juan.

Les classiques argentins
Le puchero (pot-au-feu argentin), la centolla (araignée de mer géante), le locro (ragôut), la parilla (entrecôte), la carbonada en zapallo (courge farcie), le tamal (petit farci), le guiso de lentejas (ragoût de lentilles), l’estofado de carne (daube), le matambre (roulé farci aux légumes),… sont autant de plats savoureux qui font les délices de la cuisine « criolla ».

Les dérives italiennes
Près de la moitié de la population argentine étant d’origine italienne, il est naturel que certaines recettes présentent un arrière goût de la péninsule méditerranéenne : vitel toné (veau et thon), milanesa napolitana (escalope agrémentée de jambon, tomates, mozarella, origan), fideos (pâtes sèches), gnocchis (si vous voulez avoir de la chance les 30 autres jours, mangez les de préférence le 29 du mois et mettez des billets sous votre assiette !), tiramisu, pan dulce et turron (panetone), les glaces (surtout celle au dulce de leche !), sans oublier la fameuse pizza fugazzeta…!

Les douceurs
– A l’heure de ramener un souvenir d’Argentine, un pot de Dulce de Leche devra trouver sa place dans vos bagages. Elément incontournable de la gastronomie argentine, le dulce de leche (ou confiture de lait) est une des fiertés du patrimoine national mais demeure avant tout un infini plaisir gustatif, un monde de douceur dans un océan de saveur, un ravissement pour les papilles, un éveil euphorique des sens, un retour à l’enfance…un bonheur à l’état pur !
– en 2004, les Argentins consommaient près de 6 millions d’alfajores par jour pour 36 millions d’habitants ! Cette pâtisserie est constituée de deux ou plusieurs biscuits réunis par un remplissage sucré (dulce de leche) et le plus souvent nappée de chocolat ou de sucre en poudre.
– sans oublier les medialunas, viennoiseries de petite taille et vendues à la douzaine, le budin de pan, dessert populaire, type de pudding argentin accompagné de quelques cuillères de dulce de leche, le flan casero, dessert classique, caramélisé et servi avec…du dulce de leche, le mazamorra, sorte de riz au lait mais avec du maïs à la place du riz !

Les vins
En quelques années, l’Argentine est devenue le cinquième producteur mondial de vin.
Au point que Mendoza fait aujourd’hui partie du réseau des huit capitales mondiales du vin, avec Bordeaux, Florence, Porto, Bilbao-Rioja, Melbourne, Le Cap et San Francisco.
C’est sur les meilleures terres de la région du Cuyo (Mendoza, San Juan, La Rioja) que s’est fortement développée la culture viticole (96% de la production) autour d’un cépage emblématique de l’Argentine, le Malbec, reconnu comme le meilleur au monde.

*Le Maté
Ni tradition culinaire, ni symbole argentin, le maté est une véritable religion en Argentine.
Infusion de l’herbe yerba maté, le maté est consommé sans modération, à n’importe quelle heure, dans n’importe quel endroit.
A la fois excitant ou stimulant à l’image du café, boisson aux propriétés diurétiques et digestives, passe-temps, lien social en famille ou entre amis, tout est prétexte à partager le maté.

Rendez-vous avec la lune aux chutes d’Iguaçu, Argentine
Du canoë à Ushuaia, en Patagonie