Chobe au Botswana, safari sur l’eau

Safari à Chobe, Botswana
Safari à Chobe, Botswana

La rivière Chobe, au Botswana, est un terrain de jeu extraordinaire. À condition de le découvrir dans les meilleures conditions pour éviter les nombreux touristes qui se concentrent dans des zones bien identifiées, essentiellement pour des raisons pratiques et une facilité d’accès depuis leur lieu de séjour.

Notre coup de cœur à Chobe se vit sur un House-boat, pour passer deux nuits sur la rivière, à l’écart de Kasane, la ville principale de la région située à l’est du parc national.
Attention, tous les bateaux ne permettent pas de passer la nuit sur la rivière, y compris le plus luxueux. À nos yeux, c’est pourtant un élément essentiel pour réussir votre safari à Chobe. Se réveiller le matin avec, potentiellement, des éléphants devant votre cabine, c’est tout de même autre chose que d’être à quai dans une ville, toute africaine soit-elle !
L’autre solution est de séjourner dans un lodge qui est à l’intérieur du parc national ou plus à l’ouest vers Ngoma, soit à deux bonnes heures de piste depuis Kasane en longeant la rivière, soit une heure par la route goudronnée qui relie Kasane à Ngoma.

Carte de la région Chobe River

Être à l’écart, c’est l’assurance de rencontrer peu de monde le matin en tout début de safari et le soir, en toute fin de safari. Les deux moments les plus intéressants de la journée.
Ceci pour une bonne et simple raison : il est obligatoire de sortir du parc avant l’heure de fermeture (approximativement au moment du coucher du soleil). Pendant que 98% des touristes sortent pour rejoindre leur lodge, vous qui séjournez dans le parc… restez dans le parc et rejoignez tranquillement votre lodge après le coucher du soleil. Le sentiment d’exclusivité, de bénéficier de conditions de safari exceptionnelles est bien réel. Et justifié.

Être dans la partie la plus à l’ouest, c’est la garantie de croiser très peu de véhicules au cours de la journée. Le temps de parcours pour rejoindre cette zone est beaucoup trop long pour la plupart des touristes qui font des safaris d’environ trois heures le matin et deux ou trois heures en fin de journée au départ de Kasane. Presque tous restent dans la partie la plus à l’est du parc.

Pour illustrer tout cela, voici quelques photos souvenirs d’un voyage effectué en juin.
Photographies prises en un seul après-midi, entre 15h et 18h30 alors que le soleil était couché et que nous assistions au lever de la pleine lune depuis l’annexe utilisée pour les safaris sur la rivière.

Elles n’ont rien d’exceptionnel mais je crois qu’elles illustrent bien la richesse et la diversité de la faune sur la rivière Chobe. Voir autant d’animaux différents en si peu de temps et sur quelques kilomètres est tout de même assez exceptionnel.
Et pourtant, juin n’est pas la saison la plus favorable. Août, septembre et octobre sont les mois au cours desquels beaucoup d’animaux rejoignent quotidiennement la rivière, pour boire en fin de journée. Chobe étant le seul point d’eau possible au cœur de la saison sèche.
C’est à cette saison que l’on peut très régulièrement observer en même temps plusieurs dizaines d’éléphants le long de la rivière ou traversant celle-ci à la nage. Il y a très peu d’endroits en Afrique (pour ne pas dire aucun) où il est possible d’observer une telle concentration de pachydermes.

© Etendues Sauvages – Tous droits réservés

Il manque quelques prédateurs nous direz-vous…
Pas bien grave ! Nous avions été chanceux le matin même, avec quelques lions s’affairant autour d’une girafe tuée pendant la nuit. Le tout enveloppé dans une très belle lumière, comme l’Afrique sait en offrir aux observateurs matinaux.

© Etendues Sauvages – Tous droits réservés